L’avis de la commune de Schaerbeek

Comme il s’agit d’un projet de grande dimension à la limite avec Schaerbeek, cette commune doit aussi se prononcer sur le projet Newton. Cet avis est préparé par les services d’urbanisme de la commune qui étudient scrupuleusement les dossiers tels que déposés par le promoteur. Le Collège des Bourgmestre et Échevins discute de l’affaire aux réunions du 13 et du 20 mars 2018 et conclut à un avis négatif.

Ci-dessous vous trouvez le communiqué de presse de l’Écevin de l’Urbanisme de Schaerbeek, Monsieur Frédéric Nimal.

Projet Newton : quelques avancées mais peut mieux faire !

Le Collège des Bourgmestre et Echevins de Schaerbeek a examiné ce mardi 20 mars le projet immobilier Newton afin de donner son avis au Fonctionnaire délégué de la région bruxelloise (qui est compétent pour la délivrance du permis d’urbanisme) et décider de sa position en vue de la commission de concertation du 27 mars prochain qui se tiendra à la Ville de Bruxelles.

Comme l’exprime Frédéric Nimal, Echevin de l’urbanisme de la Commune de Schaerbeek : « ce projet présente quelques avancées par rapport au précédent mais doit toujours être fondamentalement revu. Il est en effet primordial qu’il ne se fasse pas au détriment de la qualité de vie des riverains ».

Pour rappel, un premier projet avait été déposé en 2016 auprès du fonctionnaire délégué de la région bruxelloise par le promoteur immobilier AG Real Estate.

Le projet visait alors la construction sur la Place de Jamblinne de Meux d’un complexe de 3 importants immeubles (respectivement R+7, R+11 et R+15) totalisant notamment 4 commerces et 157 logements ainsi que trois niveaux enterrés dont deux réservés au parking.

Ce projet avait à juste titre suscité une vive opposition des riverains qui s’étaient manifestés en masse lors de l’enquête publique.

Le Collège de Schaerbeek partageait l’avis des riverains et, lors de la commission de concertation organisée par la Ville de Bruxelles, s’était opposé fermement au projet « qu’il jugeait déraisonnable et disproportionné » précise Frédéric Nimal.

La Commission de concertation avait suivi la position de Schaerbeek et avait rendu un avis défavorable sur la demande.

Quelques pistes avaient alors été données au promoteur afin d’améliorer son projet : limiter la superficie hors-sol, réduire fortement les gabarits des immeubles et pertes d’ensoleillement qui en découlent, prévoir une mutualisation du parking, maintenir le caractère public du parc Juliette Herman,…

Un nouveau projet modifié vient d’être déposé auprès de la Région: il vise désormais la construction de trois immeubles de 152 logements (R+6, R+4 et R+10) des commerces et bureaux au rez-de-chaussée et deux niveaux en sous-sol de parking commun (152 voitures et 4 motos).

Lors de la nouvelle enquête publique qui s’est déroulée du 2 mars au 16 mars dernier, de très nombreux riverains se sont à nouveau manifestés.

Le Collège de Schaerbeek reste défavorable par rapport au projet présenté.

Il salue les avancées réalisées et est favorable sur le principe de la démolition / reconstruction du bâtiment existant, la reconversion du bâtiment en logements de qualité (dont notamment des logements adaptés aux PMR et personnes âgées), le nombre d’emplacements de stationnement pour véhicules prévu, l’affectation des rez-de-chaussée de 2 bâtiments en bureaux et en commerces et le maintien du caractère public du parc Juliette Herman, mais constate que de nombreux et importants problèmes subsistent toujours.

En effet, l’impact des immeubles sur la Place de Jamblinne de Meux (gabarits, hauteur, ensoleillement,…) sera toujours très important et les gabarits doivent être revus afin de s’intégrer dans le bâti environnant.

En outre, la typologie des logements doit être revue afin de diminuer significativement la part des studios et 1 chambre (actuellement 50% du projet) et d’augmenter la part des grands logements.

« En effet, alors que les constructions projetées sont moins importantes que dans le premier projet, le nombre de logements reste quasi identique ce qui constitue une surdensification excessive » souligne Frédéric Nimal.

Le Collège estime également que de l’équipement collectif devrait occuper le rez-de-chaussée d’un des 3 bâtiments et ce afin de répondre aux besoins en équipement qui découleront du projet.

De plus, du parking pour les véhicules et vélos doit être prévu pour ces affectations (commerces, bureaux et équipement).

Un dispositif de mutualisation du parking avec le quartier doit être réalisé et la capacité des locaux vélos doit être augmentée.

Enfin, de nombreux problèmes de vis-à-vis doivent être réglés et la qualité de certains logements ainsi que la zone de recul peut être améliorée.

La commission de concertation tenue à la Ville de Bruxelles débattra de cette demande de permis d’urbanisme le 27 mars prochain.

Schaerbeek sera présente, défendra sa position et espère bien convaincre à nouveau les membres de la commission de ce que le projet actuel ne peut être accepté et doit être profondément modifié.

Rappelons cependant que la délivrance de ce permis ressort de la compétence du Fonctionnaire délégué.