Réclamation 11

Veuillez trouver ci-dessous mes commentaires à l’enquête publique reprise en objet.

Pour la vie de quartier et son essor économique, il est souhaitable de construire sur la parcelle disponible et d’éliminer un bâtiment vide qui se dégrade rapidement. Dans cet esprit et à la vue de l’excédent de bureaux à Bruxelles, toutes communes confondues, il me semble acceptable de changer d’affectation de bureaux en logements. Le projet semble cependant avoir été conçu en complète isolation de l’environnement dans lequel il doit s’intégrer et avoir pour but unique la maximalisation du profit pour les promoteurs sans tenir compte des effets négatifs sur les biens publics comme le bilan énergétique, la mobilité, la qualité de vie et la luminosité des habitations environnantes.

Dans sa conception actuelle, le projet porte une atteinte significative et grave au patrimoine du quartier et donc à la valeur historique et économique des bâtiments existants. Il en revient bien entendu au Collège de veiller au respect des obligations légales et réglementaires. Il me semble cependant que le Collège a également à veiller à ce que projet respecte le consensus moral et éthique sur lequel est fondé notre société. Le Collège ne devrait donc pas, à mon humble avis, autoriser dans sa forme actuelle, un projet qui internalise tous les bénéfices pour les promoteurs mais externalise tous les coûts et les nuisances sur les voisins.

  • Le projet utilise les précédents du passé – Le Pavillon Français – pour justifier les erreurs du futur en terme de gabarit;
  • La hauteur des tours écrasent tous les bâtiments au abord du site;
  • Les hauteurs des tours réduisent à néant les efforts financiers faits par l’Ecole Militaire pour intégrer son projet de modernisation dans les gabarits du quartier;
  • Les hauteurs de tours enlaidissent et sont une atteinte au patrimoine historique et esthétique du quartier et auront un impact négatif sur la valeur des biens environnants;
  • Les tours de cette hauteur génèrent des nuisances en termes de mobilité, de flux, de luminosité et de vent;
  • L’étude d’ensoleillement minimise les nuisances en termes d’ombres portées par exemple.
  • Les promoteurs se targuent de vouloir construire des bâtiments aux dernières normes environnementales, mais les dépenses des habitations voisines pour le chauffage et l’éclairage seront beaucoup plus importantes que dans la situation actuelle. De plus, les nombreux habitants dans l’ombre du projet qui ont ou souhaiteraient placer des panneaux photovoltaïques seront affectés par manque d’ensoleillement de leurs toitures. Ces bâtiments dits modernes auront donc un impact global négatif en termes d’environnement et cela sans même parler des problèmes de trafic et des 167 emplacements de parking prévus;
  • Les vues des logements dans ces tours plongeront dans les habitations et les jardins voisins ainsi que dans les infrastructures et logements de l’Ecole Royale Militaire. Ces logements représentent un risque sécuritaires sur la partie de l’Ecole Militaire occupée par le Service Européen d’Action Extérieure qui est placé sur haute surveillance;
  • Le parc Juliette Herman doit être conservé dans son intégralité. Le projet ne le fait pas. Le parc perdra 17% de sa superficie, ce qui est contraire à la convention qui a été signée en 1985 entre la Ville de Bruxelles et Codic.

Ceci sont quelques-unes des raisons pour lesquelles je m’oppose à ce projet faisant l’objet de la présente enquête publique.