Réclamation 6

Nos griefs sont multiples.

Ce projet ne respecte pas les règles légales et réglementaires. Les demandes de dérogations sont multiples et exorbitants. Le projet ne s’intègre pas dans le tissu de notre quartier ; gabarits, architecture, mobilité, sécurité des usagers faibles de la route, qualité de vie, sécurité générale, luminosité des habitations environnantes, ensoleillement de celles-ci, ombres portées sur celles-ci, vues autorisées, etc.

La hauteur des trois tours prévues dépasse la hauteur moyenne des bâtiments aux abords du site. La dérogation au RRU demandée de la hauteur n’implique pas une légère augmentation minime mais équivaut à la situation existante fois 2,5. Cinquante-cinq mètres de hauteur dans un quartier résidentiel convivial détruit ce quartier. Certes il faut du logement et il faudra construire en hauteur dans la Région bruxelloise mais pas à des endroits en contradiction avec les propres plans de la Région.

Les tours de cette hauteur génèrent des nuisances en termes de mobilité, de flux.

L’effet Venturi n’est pas étudié.

Les études qui accompagnent la demande, telles que note descriptive et rapport d’incidence sont trompeuses.

De si hautes tours, voisines des infrastructures et logements de l’Ecole Royale Militaire, de l’Institut Royal Supérieur de Défense, et proches des institutions européennes constituent de sérieux risques de sécurité.

Le parc Juliette Herman doit être conservé dans son intégralité. La convention et conditions de 1985 entre la Ville de Bruxelles et Codic doivent être respectées. Contrairement aux déclarations du promoteur, l’arbre classé va mourir. D’autres arbres remarquables vont être abattus, ce qui inacceptable

La sécurité des jeunes enfants n’est pas assurée.

Les explications dans le dossier concernant la mobilité douce et la mobilité tout court sont lacunaires et erronées.

L’étude d’incidence omet l’existence de l’ICR Milcamps, tant dans le texte que sur la carte.

Un projet de réhabilitation du bâtiment existant serait beaucoup plus raisonnable et rationnel dans l’intérêt de tout le quartier : logements pour familles nombreuses, pour personnes âgées, pour handicapés, logements intergénérationnels, crèches, écoles, logements sociaux sont des besoins du quartier.

Le rôle exact de la Région dans ce dossier n’est pas clair.

Le dossier n’est pas complet : les documents relatifs au concours, aux contacts avec Bruxelles-Environnement n’y figurent pas

Le dossier est trop complexe pour être étudié en deux semaines.

La publicité de l’enquête publique n’est pas régulière. Dans un dossier d’une telle ampleur, porté par la Région, le dossier devrait être également disponible en langue néerlandaise.

Les photos présentées par le promoteur au dossier sont trompeuses.